Contact 

___ 

Copyright 2019                                        Realisation : Harold GEORGE 

FAUST 

 

Faust est un homme aussi savant qu’orgueilleux, résolu à étudier la magie noire pour assouvir ses désirs de pouvoir et de connaissance. Il signe un pacte avec le Diable, mettant en jeu son âme en échange de la connaissance et du pouvoir absolus. Mais le terme de vingt-quatre années une fois advenu, il devra rembourser sa dette et subir la damnation éternelle. Et l’heure tourne…

 

FAUST est une libre adaptation de la pièce éponyme de Christopher Marlowe. C’est un spectacle multidisciplinaire qui questionne notre rapport à l’illusion, par le biais du théâtre et du cinéma. En effet, si le but de l’un et l’autre est de raconter des histoires, faire vivre la fiction, ils ont chacun leurs techniques, leurs codes, leurs illusions. Dans le spectacle, la fiction est représentée tantôt à l’écran, tantôt au plateau, les démons passant librement de l’un à l’autre, sortant du film pour entrer sur scène ou inversement. Ils créent une communication entre ces deux mondes, dont ils se servent pour peu à peu perdre Faust, qui erre dans le labyrinthe de sa propre fiction et s’approche inexorablement de sa fin tragique. Liés de cette façon, la scène et l’écran nous montrent aussi l’envers du décor, chacun devenant tour à tour la coulisse de l’autre. Et en témoins privilégiés, nous devenons complices de ces démons mystérieux et de leurs illusions. Mais qui est réellement dupé dans cette histoire ? Faust ? Ou nous ? Car comme toute fiction, celle-ci elle est un miroir de la réalité, et Faust nous invite à nous poser la question : à sa place, qu’aurions-nous fait ?

 

 

La mise en scène 

 

J’ai eu envie de représenter ce monde d’illusions dans lequel Faust se perd. Un Enfer entre rêve et réalité, instable comme sur le fil, parfois merveilleux et parfois cauchemardesque. Les codes du théâtre nous permettent d’évoquer et de véhiculer énormément d’émotions, de sensations, car ils sollicitent l’imaginaire du spectateur, ils l’interrogent, le questionnent. Le théâtre de tréteau a cette magie de faire exister des mondes, de nous faire plonger dans une histoire avec un minimum de décors et d'accessoires. Un arbre en carton peint et un jeu d’acteurs persuasif nous suffisent pour croire à une course poursuite en pleine forêt. Dans la pièce de Marlowe, les démons utilisent ces codes jusqu’à l’excès : apparitions, pétards, spectacles de pantomime, confettis et crécelles, qui nous renvoient au registre burlesque de la Commedia dell’arte ou du Vaudeville, mais aussi à celui des grands acteurs des débuts du cinéma comme Charlie Chaplin ou Buster Keaton. Les codes cinématographiques d’aujourd’hui, beaucoup plus réalistes, m’ont aussi beaucoup inspiré pour la réalisation du film, et créent un contraste révélateur avec la scène. En les confrontant, on voit tout à coup ces codes apparaître de manière ostensible. Et en les faisant communiquer, on en voit, pour chacun d’entre eux, la magie mais aussi les limites. Les trucages, les codes, les mensonges et les dérives. 


Nicolas Gachet

 

 

Galerie Photos 

Click -> 

-> 

27
MAR
2020

02
AVR
2020

03
AVR
2020

04
AVR
2020

Retour !

Des Ticket(s) d'or sont parfois cachés sur le site du théâtre des créatures à l'occasion de certains spectacles. Si vous êtes le premier à en trouver un, alors vous obtenez une place gratuite pour le spectacle concerné !

Infos ticket d'or fermer !

Ticket(s) d'or actuellement présent(s) sur le site :

Hernani : 1

Qu'est-ce que c'est les tickets d'or ?